mardi 31 mars 2009

CURIOSITÉS


À TABLE HENRI IV !

....Henri ne dédaigne pas non plus les plaisirs de la table:
....- Si j'aime la table et la bonne chère, explique-t-il, c'est pour m'égayer l'esprit.
....Il affectionne la garbure- soupe pyrénéenne aux choux et aux cuisses d'oie- accompagnée de pain de seigle. Il aime les melons jusqu'à s'en rendre malade. Néanmoins il affirme:
....-Ils ne me font jamais de mal quand ils sont forts bons et que je les mange avec grand faim, et avant la viande comme l'ordonnent les médecins.

....Ses goûts simples ne l'empêchent pas d'apprécier des mets plus élaborés, comme l'esturgeon "déguisé en viande de veau", à la façon de l'époque, les huitres servies pochées et chaudes, les pâtés de héron, le jambon de Bayonne salé au sel de la fontaine de Saliès, les pâtés de foie de canard, les perdrix rouges et, surtout, les oies de Béarn confites dans leur graisse. Il ordonne à son gouverneur de lui en faire parvenir"les plus grandes que vous pourrez recouvrer, recommande-t-il, de sorte qu'elles fassent honneur au pays". Son vin préféré est, bien sûr, le Jurançon que, par crainte du poison, un gentilhomme doit goûter après avoir soulevé le couvercle du gobelet royal. Un jour, par distraction, l'échanson vide le contenu entier du verre: Henri IV le regarde en riant :
....-Au moins, mon compère, s'exclame -t-il, auriez -vous dû boire à ma santé!

....La viande du roi arrive en procession des cuisines en empruntant le Grand Degré, et en traversant la salle des gardes. Le roi, plus souvent qu'il ne le faisait autrefois, laisse passer quelques plats. Il demande un jour à son vieil ami Antoine de Roquelaure"pourquoi il avait si bon appétit quand il n'était que roi de Navarre et qu'il n'avait quasi rien à manger, et pourquoi, à cette heure qu'il était roi de France, il ne trouvait rien à son goût"?
....-C'est, répondit Roquelaure, qu'alors vous étiez excommunié et qu'un excommunié mange comme un diable!
.... Et les deux homme d'éclater de rire!

ANDRÉ CASTELOT, Henri IV Le passionné, 1986.

4 commentaires:

Marie-France a dit…

Ah ce cher Henri IV, que c'était un homme de très grand goût ! Merci Henriette de ce délicieux partage littéraire et gastronomique en même temps accompagné d'un voyage dans le temps,
Amitiés,

lefrancbuveur a dit…

Je m'appelle Enrico et donc meme moi je suis un homme de grand gout!
ciao
Enrico

Lulu Sorcière a dit…

Henriette, tes gourmands sont toujours un régal pour l'esprit ! Amitiés.

Canotte a dit…

Chère Henriette, si tu aimes le "vert Galant" vas voir sur mon blog au mois de Novembre 2008 dans la rubrique "mes histoires" j'ai raconté l'histoire de Fleurette et d'Henry. De cette histoire vraie est venue l'expression "compter fleurette" à la cour d'Angleterre peu à peu le verbe fleuretter s'est transformé en flirter, en fait Michel Delpech lorsqu'il chante pour un flirt avec toi, ne sait pas qu'il doit son succès à Henry notre bon roi....
Il semble malgré tout qu'Henry même dans sa jeunesse avait un faible pour l'ail, difficile pour les baisers.....

Related Posts with Thumbnails