dimanche 24 janvier 2010

LES AMOUREUX DE LA BONNE CUISINE... ET LES AUTRES...

DIMITRI MEREJKOVSKI A ÉCRIT:

......................Le maître, accompagné du principal officier de bouche, fit le tour de la table, en examina l'ordonnance. La duchesse entra dans la salle, suivie de ses invités, au nombre desquels Léonard, resté à la villa.
...On récita la prière et tout le monde s'assit.
...Le menu se composait d'artichauts frais expédiés par exprès de Gênes, de carpe et d'anguilles pêchées dans les viviers de Mantoue, cadeau d'Isabelle d'Este, et de poitrines de chapons en gelée.
...On mangeait en se servant de trois doigts et d'un couteau, sans fourchettes, considérées comme un luxe superflu. On n'en servait qu'aux dames pour les fruits et les confitures, et elles étaient en or avec le manche en cristal de roche.
...Le seigneur soignait ses hôtes. On mangea et on but beaucoup, presque à satiété, et les plus belles dames n'eurent point honte de leur appétit.
[...]
...Les rires montaient toujours. Les visages s'animaient, rougissaient par suite de nombreuses libations. Après le quatrième plat, les dames, en cachette, délacèrent leurs robes, sous la table. Les échansons versaient du vin blanc léger, et un autre de Chypre rouge et épais chauffé et préparé avec des pistaches, de la cannelle et de la girofle.
...Quand le duc demandait à boire, les échansons échangeaient des appels comme s'ils officiaient, prenaient la coupe, et le grand sénéchal, par trois fois, y plongeait un talisman, une licorne pendue à une chaîne d'or: si le vin était empoisonné, le talisman devait noircir et s'inonder de sang. De semblables talismans- pierre de bufonite et langue de serpent- étaient fichés dans la salière.
[...]
...Sur la galerie supérieure les trompes d'argent sonnèrent, annonçant le rôti, une énorme hure de sanglier farcie de châtaignes, puis un paon qui, à l'aide d'un mécanisme caché, déployait la queue et battait des ailes, et enfin une énorme tourte en forme de forteresse, d'où s'échappèrent d'abord les sons du cor guerrier, puis, quand on l'eut fendue, on vit un nain couvert de plumes de perroquet. Celui-ci se mit à courir sur la table, on le saisit et on l'enferma dans une cage d'or, où imitant le célèbre perroquet du cardinal Ascanio Sforza, il cria de comique façon le Pater Noster
[...]
...La hure de sanglier absorba une bonne heure; on ne regrettait pas le temps se souvenant d'un proverbe: " A table, on ne vieillit pas."
...À la fin du souper, le gros moine Talpone( le Rat) excita la joie de tous les convives.
[...]
...Sur un signe du duc, on plaça devant le moine un énorme plat de buzzeca, tripes farcies de marmelade de coings. Le moine après s'être dévotement signé, retroussa ses manches et se prit à manger avec une prodigieuse rapidité.
[...]
...Les invités s'esclaffèrent. Tous ces gens étaient dotés d'un rire sain et grossier, qui à chaque plaisanterie était prêt à se déchaîner en une explosion assourdissante. Seul, Léonard gardait sur son visage une expression d'ennui; du reste, il était depuis longtemps habitué aux amusements de ses protecteurs et rien ne l'étonnait plus.
...Lorsqu'on servit sur des plats d'argent des oranges dorées bourrées de mauve odorante, le poète Antonio Camelli da Pistoïa, le rival de Bellincioni lut une ode dans laquelle les Arts et les Sciences disaient au duc: " Nous étions des esclaves, tu es venu et tu nous a délivré. Gloire au More!"

Le roman de Léonard de Vinci, 1900.

3 commentaires:

Canotte a dit…

Quelles agapes...! Mais une belle page d'écritureà lire et à relire pour la musique des mots.
Bonne semaine ma chère Henriette, je t'embrasse sincères pensées amicales...

Lefrancbuveur a dit…

Bonne semaine. Je ne me rappelle plus qu'elle est ta ville/village.
A bientot.
Enrico

Marie-France a dit…

Bonjour Chère Henriette,
un superbe texte que tu nous offres là sur un plateau doré, et le plaisir de découvrir ou retrouver certains mots oubliés à la douce musique,
bonne et agréable journée,

Related Posts with Thumbnails